Pollution à Landry
Depuis quelque temps notre association est saisie régulièrement par des habitants de la partie inférieure du village ou des acteurs de la zone artisanale de Landry. Un menuisier brûle très souvent, pour chauffer son local, la sciure qu’il produit sous forme de plaquettes. Mais comme il usine également des matériaux plastifiés la combustion dégage des fumées noirâtres qui inquiètent à juste titre la population, d’autant que les photos montrent que le nuage formé s’étale largement.


La demande par les habitants d’un suivi de la qualité de l’air en Tarentaise est récurrente. Le chauffage au bois est souvent pointé du doigt et l’on recommande l’utilisation des poêles performants ou le recours aux pellets. Mais le brulage de plastique, de déchets ou encore de foin souillé sont à proscrire évidemment. Le rôle des élus n’est-il pas de rappeler régulièrement ces évidences et de sévir lorsque les comportements indésirables persistent ?

Il faudra sans doute tôt ou tard encourager le remplacement des vieux poêles à bois et des inserts, mais comment convaincre si certains sont « autorisés » à se chauffer avec des matériaux très polluants ?

Nous connaissons une situation sanitaire difficile pour tout le monde, les esprits s’échauffent peut-être plus vite qu’en temps normal, mais ce n’est pas une raison pour tolérer des pratiques inadmissibles qui ne peuvent que détériorer encore la confiance que le citoyen de base accorde à nos élus. Ceux-ci doivent bien sûr se monter irréprochables.

Notre association avait émis des réserves sur la création de cette zone d’activité en terrain plat agricole et devant la gare de Landry. Le spectacle offert aux touristes qui descendent du TGV ne risque pas d’encourager la fréquentation de notre village. Dans l’état actuel des choses ce site ressemble parfois à une décharge : des bâtiments disparates en tôle laquée, en parpaings, en béton brut, des dépôts de matériaux autours des constructions... A quand les travaux de finition et le grand nettoyage ? Certes un chantier peut durer quelque temps, mais il doit se terminer un jour et le plus tôt sera le mieux !

Nous voulons croire que le maire de la commune aura à cœur d’agir afin que l’air redevienne respirable dans ce sympathique village.