Nous avons appris qu’une commission devait statuer prochainement sur le projet de zone commerciale d’Aime. Notre association tient à s’exprimer de nouveau à ce sujet.
En effet, cette zone serait implantée en fond de vallée, non loin de l’Isère dans un secteur qui à l’évidence  a une vocation agricole. Elle est actuellement occupée par des jardins ou des pâturages. Une ZNIEFF abritant le seul habitat connu d’écrevisse à pattes blanches est concernée par l’aménagement projeté.
Un SCOT commence à voir le jour en Tarentaise. La directive territoriale paysagère des Alpes du Nord est en cours d’élaboration. Elle précise qu’il faut préserver les espaces agricoles de fond de vallée, densifier l’urbanisation, regrouper les services autour de pôles bien définis à savoir Moutiers et Bourg Saint Maurice en Tarentaise.
Un inventaire du patrimoine naturel est actuellement en cours en Tarentaise. Il serait étonnant que la ZNIEFF déjà évoqué n’y figure pas. Un contrat de bassin versant Isère Tarentaise doit permettre de protéger les milieux aquatiques remarquables.
Enfin, l’un des objectifs du projet de DTA est de protéger le caractère de nos paysages et d’empêcher l’urbanisation en continu des fonds de vallée.
La commune prétend répondre à une évasion commerciale en développant horizontalement un nouvel espace urbanisé. Depuis l’élaboration de ce projet, nous tenons à faire remarquer qu’une nouvelle moyenne surface s’est implantée au centre ville d’Aime à la place d’une scierie. Elle permet donc de compléter et diversifier l’offre déjà existante. Il ne nous paraît pas nécessaire d’aller au-delà. Les magasins de sport ou de bricolage d’Aime ne comportent qu’un seul étage. Pourquoi ne pas envisager un deuxième étage si vraiment une croissance de leur activité paraît nécessaire ? La librairie du centre ville semble se plaindre d’un manque de clientèle. L’implantation d’une maison de la presse dans cet éventuel centre commercial ne risque t-elle pas de lui être fatale ?

Pour toutes ces raisons, notre association reste vivement opposée à l’implantation de ce centre commercial dans la zone des Iles. Elle espère que l’examen de ce dossier sera reporté, jusqu’à l’élaboration définitive du SCOT Tarentaise. Notre association craint que d’ici là, les services préfectoraux ne soient contraints d’examiner un très grand nombre de projets similaires et contraires à l’esprit de la DTA. Différentes communes préparent en effet des dossiers de zones artisanales par exemple ...