Le départ annoncé du 7° BCA libèrera environ 15 ha proches du centre-ville de Bourg St Maurice, et entraînera le départ de plusieurs centaines de familles.

Chute démographique

Il est bien évident que le départ de plus de 2000 personnes dans un canton qui compte 15 000 habitants permanents est un bouleversement important. Beaucoup craignent des effets en cascade sur les commerces et les services publics. Il faut à notre avis modérer ces craintes car une part importante des personnes qui travaillent en Haute Tarentaise est contrainte par la rareté et les prix de l’immobilier à résider plus bas dans la vallée. On peut raisonnablement penser que le vide créé par le départ des familles de militaires sera assez rapidement comblé par l’arrivée de ces personnes qui trouveront enfin des logements disponibles plus proches de leur lieu de travail.
Quant à l’impact sur les services publics il faudra bien sûr rester vigilant pour que cette chute démographique temporaire ne soit pas un prétexte à des suppressions d’emplois intempestives (écoles, poste, hôpital…).


Utilisation des terrains libérés

Ces terrains proches du centre-ville ont une forte valeur foncière. Il convient de ne pas les gaspiller et de les utiliser le plus rationnellement possible. Les utilisations qui nous sembleraient pertinentes sont nombreuses :

Le logement
En fonction des besoins qui sont à réévaluer compte tenu de la libération de nombreux logements par les familles de militaires, on peut envisager la réhabilitation ou la construction de logements selon des normes de haute qualité environnementale. La création d’un « éco-quartier » à Hauteville-Gondon nous semble peu pertinente du fait de la difficulté à organiser des transports collectifs et rapides vers le centre-ville et serait alors à réexaminer. Cette utilisation nous semble prioritaire dans une démarche de densification de l’habitat, nécessaire pour éviter le mitage de l’espace ou pour pouvoir organiser des transports en commun.

Les commerces
Les nouvelles surfaces commerciales ne se sont implantées ces dernières années que vers le Mollard. La libération des terrains du 7° BCA peut être une opportunité pour proposer à des commerces de s’implanter plus près du centre-ville. Si tant est qu’un besoin de nouveaux commerces dans le canton soit avéré. Un commerce d’alimentation générale, hors « hard discount » manque toujours à proximité du centre ce qui oblige les Borains à prendre leur voiture pour les courses d’épicerie.

Les entreprises
Dans ce domaine il existe une réelle opportunité d’opérer une réorientation de l’économie locale dans une perspective de rééquilibrage vers des activités moins directement liées au tourisme.

La proximité du centre-ville exclut bien évidemment les activités artisanales ou industrielles bruyantes, mais on peut penser par exemple au domaine des énergies renouvelables qui nécessitera l’intervention de bureaux d’études et d’entreprises artisanales voire un peu plus importantes. La nécessaire réhabilitation de l’énorme parc immobilier de Tarentaise assurerait du travail pour ce type d’entreprise pendant plusieurs années et pourrait faire de Bourg St Maurice un pôle d’excellence dans ce domaine, de nombreux cadres et techniciens pouvant être séduits par la qualité de vie en Haute-Tarentaise.

Par contre le passage d’un itinéraire de délestage nous parait être un gaspillage d’espace tout à fait injustifié.

Depuis de nombreuses années nous nous battons contre l’idée présentée comme une évidence d’une saturation de la RN 90 et de la traversée de Bourg St Maurice. Cette saturation n’est réelle qu’une dizaine de samedis par hiver et quelques fins d’après midi entre le 14 juillet et le 15 août .
Nous avons proposé des idées qui ne pourront évidemment aboutir que s’il existe une volonté forte de la part des différents acteurs: étalement des jours de départ et d’arrivée, optimisation de l’utilisation de la voie ferrée et organisation des transports locaux dans des conditions de confort et de prix attractives.

En aucun cas nous ne pouvons désormais raisonner dans une perspective d’accroissement du trafic routier qui constitue la principale contribution du tourisme à l’effet de serre: tout doit être fait au contraire pour inciter à une diminution du trafic, ce n’est certainement pas par de nouveaux investissements routiers qu’on y arrivera.

La dynamisation de la vie associative et culturelle
La commune de Bourg abrite de nombreuses associations qui ont besoins de locaux pour se réunir ou bien travailler. Certains jours ou soirs, il est difficile de trouver des salles de réunion ou de pratique pour toutes les activités offertes. On peut penser, qu’une partie des locaux libérés pourrait permettre d’offrir davantage d’espace à la vie associative.
La salle des fêtes de Bourg Saint Maurice est souvent trop petite pour accueillir différentes manifestations : réunions, bals, auditions, spectacles divers et variés. L’espace disponible à proximité du centre ville pourrait permettre de construire une nouvelle salle des fêtes, qui permettrait d’offrir aussi bien à la population locale qu’aux touristes différents menus à vocation culturelle ou simplement festive …