Comborcière schema

Vivre en Tarentaise a consulté le dossier très volumineux concernant le remplacement du télésiège de Comborcière et la création d’une nouvelle piste de ski sur la station de ski des Arcs.

Le remplacement de ce télésiège ancien qui génère beaucoup d’attente au niveau de Pré Saint esprit apparait nécessaire. Son débit skieur sera amélioré de 1800 à 2400 personnes par/heure. Il s’agit d’une amélioration, mais il n’est pas certain que cela suffise à résorber complètement les queues en fin de journée. Vivre en Tarentaise espère que la gare avale bénéficiera d’un habillage facilitant son intégration dans le paysage.
La question de la création d’une nouvelle piste nous parait délicate car le secteur est resté jusqu’ici relativement sauvage et jusqu’à présent réservé aux très bons skieurs qui pratiquent bien sûr également le hors piste. Nous comprenons évidemment le souci des gestionnaires du domaine qui souhaitent étendre encore le domaine skiable. Mais les travaux nécessaires à la réalisation de l’ensemble du projet vont générer 8.3 hectares de surfaces terrassées ce qui n’est pas rien ! Le paysage sera une fois de plus artificialisé...
L’étude d’impact parait avoir été menée pour les végétaux de façon assez soigneuse. Les plantes protégées sont répertoriées et cartographiées et devraient être mises en défens durant les travaux.
Même si des bonnes intentions en matière de revégétalisation sont affichées, il suffit de regarder les nombreuses pistes du domaine skiable pour voir que la reprise de végétation est longue et difficile surtout lorsque le terrain est relativement minéral comme c’est le cas ici. On ne sait pas si ce télésiège sera ouvert en été. Dans ce cas il faudrait s’inquiéter de la circulation des VTT qui risquerait de dénaturer les travaux de reverdissement.
Si l’on considère la station de ski des Arcs comme un parc d’attraction qui économiquement fait vivre une bonne partie du bassin de Bourg Saint Maurice, on pourrait admettre que le secteur est tellement dégradé que l’on est plus à cela près...
Mais lorsque l’on est attentif à la constante et inquiétante baisse de la biodiversité en France, mais aussi en Tarentaise il serait possible également de considérer que la coupe est pleine et qu’il faut désormais arrêter de dégrader les milieux naturels favorables à l’avifaune et de détruire des stations de plantes rares et protégées..
Bien sûr des secteurs seront mis en défens, la période des travaux adaptée à celle de nidification des oiseaux, mais une pelle mécanique n’est pas conçue pour faire de la dentelle et le concassage des éboulis générera des poussières et du bruit... Les lézards, les tétras apprécieront. Enfin, les dégradations paysagères ne sont jamais bonnes pour la fréquentation estivale dont la relance est un des objectifs forts du SCOT Tarentaise.
Les mesures compensatoires sont toujours bienvenues, mais elles nous semblent bien modestes compte tenu de l’artificialisation envisagée. Nous avons vainement cherché le montant financier des travaux pour le comparer aux mesures compensatoires envisagées....
Pour finir, nous ferons deux suggestions à la commune de Bourg Saint Maurice et à la société qui gère le domaine skiable. En admettant que ces travaux soient impérativement nécessaires, peut être que la commune pourrait favoriser la valorisation touristique de la Vallée des Chapieux en demandant aux services de l’Etat de lancer une étude préalable au classement de ce site majeur de Haute Tarentaise. Le financement de ce type d’étude n’est pas toujours évident pour la DREAL...
Peut être également que la commune et la société des remontées mécaniques pourraient porter et financer au moins partiellement la construction d’une maison de la pomme sur le site de la Ballastière à Landry. En effet, la commune de Bourg Saint Maurice est propriétaire des terrains qui portent déjà un verger conservatoire. Cette réalisation est attendue depuis longtemps par les milieux associatifs. Elle aurait évidemment un intérêt pédagogique, patrimonial et touristique.