Notre Dame de la Compassion

Nous avons attiré l’attention des services de l’Etat à plusieurs reprises sur les travaux qui se déroulent depuis l’automne dernier au sein du site classé de Champagny le haut au village de la Couaz.


Les deux maisons de ce hameau ont été rachetées par une personne, de nationalité ukrainienne, disposant de très gros moyens financiers. Elle a obtenu auprès de la mairie de Champagny un permis de construire pour y « agrandir un chalet ». Dans ce but , cette personne a fait réaliser une tranchée pour y amener de l’eau depuis le hameau de La Chizerette, situé à 400m, à travers les prairies, sans demander, semble t-il l’autorisation, de tous les propriétaires concernés et d’autre part sans se préoccuper de l’impact paysager ou floristique de ce site protégé.
Certains agriculteurs auraient reçu après coup des indemnités financières. Plusieurs personnes nous ont contactés pour nous faire part de leur stupeur face au mode opératoire employé.
Depuis l’été dernier, l’agrandissement du chalet a démarré. Cette nouvelle construction s’est faite tout près de la Chapelle du hameau. Cette proximité a été facilitée par la cession par la commune de Champagny de l’emprise du chemin rural la séparant du hameau. Le proprétaire des chalets a financé une partie des travaux de remise en état du lit du doron tout proche , endommagé par les inondations passées.
L’architecte des bâtiments de France s’était opposé à ce projet, qui, « en l’état, était de nature à dénaturer l’aspect de ce site inscrit ». Mais la commune n’était pas obligée de suivre cet avis. Un toit de lauze aurait été bienvenu, mais il semble que le bâtiment sera couvert en tôle laquée.
La tranchée d’amenée d’eau potable parait avoir été creusée dans le site classé. Si ce point est vérifié, un arrêté préfectoral aurait été nécessaire alors qu’on peut facilement constater que la tranchée a été rebouchée de façon grossière.
A suivre...