Courchevel - Lac de la Rosière
Plusieurs randonneurs ayant fréquenté récemment le site du Lac de La Rosière nous ont fait part de leur surprise en arrivant près de ce lac.
Le site courchevel.com présente ainsi la «Boucle du Lac de La Rosière» : «cette balade en raquette se déroule dans un cadre sauvage et vous emmène à la découverte d'un site grandiose : le Lac de La Rosière.»
Ce lac est situé en bordure d'une zone Natura 2000 et d’un site protégé.
Chacun sait que la faune est particulièrement vulnérable en période hivernale.
Ce site a été privatisé pour tout le mois de mars. Les visiteurs empruntant la route d'accès au Lac de La Rosière sont prévenus de la présence d'un séminaire mais ne s'attendent pas à y trouver un circuit d'essai de véhicules Land Rover, sur des structures artificielles.

Nous doutons de la légalité du panneau d'interdiction de circuler sur cette route en l'absence d'affichage d'un arrêté municipal. Cette route d'accès est par endroit dangereuse pour les piétons qui l'empruntent, car le passage répété des véhicules Land Rover a provoqué la formation d'ornières et de plaques de verglas.
Land Rover a choisi ce cadre hivernal enneigé pour y faire la promotion auprès de journalistes de son dernier modèle 4X4 . Cela nous semble paradoxal pour un modèle décapotable !
Deux engins de chantier immatriculés en Grande Bretagne sont actuellement stationnés sur le site.
Ont-ils traversé toute la France pour la réalisation des structures artificielles du circuit, habillées en rondin de bois ?
Ces rondins de bois proviennent ils aussi de Grande Bretagne ?
La commune entretient tout l'hiver un réseau de sentiers accessibles aux piétons, fréquentés par des touristes peu ou non skieurs, à la recherche d'un vrai contact avec la nature. Aussi, outre l'atteinte à la protection de la nature, il nous semble contre productif d'avoir privatisé ce site, avec le bruit et la gêne occasionnée à ces touristes encore nombreux à s'y rendre en ce mois de mars.
Plus généralement, la circulation d’engins motorisés est interdite en dehors des voies autorisées et la représentation de véhicules en situation d’infraction est contraire au code de l’environnement. L’exposition proposée dans un site naturel peut laisser penser qu’avec de tels véhicules il est possible de se promener dans nos alpages et d’enfreindre de nombreuses réglementations. Les engins rencontrés sont de gros consommateurs de carburant et plusieurs semblent avoir traversé la France pour cette manifestation qui a nos yeux porte atteinte à l‘image de nos montagnes dans
lesquelles le plus grand nombre recherche silence et contemplation...Nous pensons que nos stations ont un rôle de sensibilisation et d’éducation à jouer pour ouvrir la voie à des transports collectifs
plus respectueux de la planète que ce qui est proposé aux abords du lac de la Rosière.
Aussi Vivre en Tarentaise espère que la privatisation de ce site ne sera pas renouvelée lors des prochaines années pour des manifestations de ce type