Projet de microcentrale sur le Nant de Tessens.

crapeau calamiteL’association Vivre en Tarentaise a consulté le dossier d’enquête concernant le projet de micro centrale sur le Nant de Tessens commune associée à Aime en Tarentaise. Notre association tient à rappeler qu’elle est très réservée quant à l’installation de nouveaux équipements hydroélectriques en Tarentaise. Cette position tient au fait que la plupart des cours d’eaux de cette grande vallée subissent déjà des prélèvements très importants. Le nombre de ruisseaux « équipables » est sans doute de l’ordre d’une dizaine. Aussi, il nous parait nécessaire au nom du maintien de la biodiversité aquatique de les préserver de toute artificialisation.
Lire la suite : Projet de microcentrale sur le Nant de Tessens.

Suréquipement de nos ruisseaux en microcentrales : des alternatives ?

L’impact des microcentrales sur nos cours d’eaux
Depuis plusieurs années, les associations Lacs et Torrents et Vivre en Tarentaise se sont inquiétées de la multiplication des projets de microcentrales, soit sur des ruisseaux encore vierges de tout équipement soit sur des cours d’eau déjà largement munis de prises d’eau. Prise d'eau dans le PonthurinIl faut savoir que les cours d’eaux à « l’état naturel » sont désormais très rares dans une vallée qui est sans doute la plus équipée de France dans le domaine de l’hydroélectricité.
Lire la suite : Suréquipement de nos ruisseaux en microcentrales : des alternatives ?

Mieux protéger la biodiversité tout en produisant mieux du bois

buches_plaquette
1- Exploitation forestière – Desserte.

La création de nouvelles voies de dessertes doit être subordonnée à l’étude d’un plan cohérent de mobilisation des bois à l’échelle des territoires ( Chartes Forestières).
Toute création d’une nouvelle voie d’accès forestière ou pastorale doit faire l’objet d’un permis de construire.
Toute création de voie d’accès d’une longueur supérieur à 1 km (à discuter) doit faire l’objet d’une notice d’impact.
Toute création de voie d’accès d’une longueur supérieur à 2 km doit faire l’objet d’une étude d’impact et d’une enquête publique.
Lire la suite : Mieux protéger la biodiversité tout en produisant mieux du bois

Chauffer les stations au bois ?

La station de La Plagne vient de se doter d’une nouvelle chaufferie collective au bois. Elle communique abondamment sur cette démarche « écologique », faisant valoir le caractère renouvelable de la ressource en bois et sa faible émission de CO2.

Il est bien évident qu’en comparaison des énergies fossiles l’utilisation du bois est plutôt vertueuse puisque la plus grosse partie du carbone rejeté a été fixé par les arbres pendant leur période de croissance. Gardons tout de même à l’esprit que le bilan n’est pas nul puisqu’il faut ouvrir des routes forestières, couper le bois, le débarder, le transporter …Toutes activités consommatrices de carburant fossile.
Lire la suite : Chauffer les stations au bois ?