La Planay
L’association Vivre en Tarentaise s’est penchée sur le dossier proposé lors de l’enquête publique.
Comme souvent il apparait que l’étude d’impact est vraiment succincte. Peu de temps consacré aux visites de terrain, de la documentation générale, pas d’étalement dans le temps des quelques inventaires effectués. Une seule pêche électrique... Pas de prise en compte de l’avifaune ou des reptiles.

Lire la suite : Microcentrale du Gorret au Planay

Papillon
Depuis une dizaine d’années les projets de microcentrales se multiplient en Tarentaise.
Il serait possible de se réjouir de voir que cette vallée dispose encore d’un petit potentiel dans ce domaine. Mais il faut ouvrir les yeux sur l’importance de l’existant en matière d’hydroélectricité : nos cours d’eau alimentent les centrales de Malgovert et de la Bathie dont les puissances cumulées avoisinent celle d’un réacteur nucléaire et demi. Mais il y bien d’autres centrales de puissances plus faibles (les Brévières, la Coche, Viclaire..) et de multiples microcentrales en place : Bozel, Landry, Bourg Saint Maurice, Tessens....Tous ces équipements ont été réalisés il y a parfois bien longtemps à une époque où les préoccupations en matière de biodiversité n’étaient pas prioritaires...Nous n’allons pas réécrire l’histoire, mais l’Isère d’aujourd’hui ne ressemble plus à celle de 1950.


L’association Vivre en Tarentaise après avoir consulté le dossier proposé à l’enquête tient à faire les remarques suivantes :
Ce projet s’inscrit dans un contexte particulier en Tarentaise. Cette vallée est sans doute le site le plus aménagé des Alpes françaises dans le domaine de l’hydro-électricité. En effet, tous les cours d’eau de Haute Tarentaise sont affectés par des captages qui modifient sensiblement leur débit apparent et aplanissent les crues.

Bonnegarde
L’association VET a pris connaissance du dossier d’enquête relatif à la mise en place d’une microcentrale sur le torrent de Bonnegarde (La Plagne Tarentaise).
Elle tient à souligner le contexte dans lequel cette enquête se déroule : aucune réunion d’information du public ou des associations n’a été organisée pour expliquer les enjeux de ce projet. L’enquête se déroule du 18 juillet au 17 aout période durant laquelle de nombreuses personnes sont en vacances. Elle coïncide aussi avec le pic de fréquentation estivale pour ceux qui travaillent dans le tourisme et donc sont peu disponibles pour prendre connaissance des travaux envisagés.


L’association Vivre en Tarentaise après avoir consulté le dossier proposé à l’enquête publique tient à faire les remarques suivantes :
Ce projet s’inscrit dans un contexte particulier en Tarentaise. Cette vallée est sans doute le site le plus aménagé des Alpes françaises dans le domaine de l’hydro-électricité. En effet, tous les cours d’eau de Haute Tarentaise sont affectés par des captages qui modifient sensiblement leur débit apparent et aplanissent les crues. Les barrages de Tignes, de Roselend, le lac de la Coche, le barrage d’Aigueblanche voient passer l’essentiel de l’eau du bassin versant. A tel point que les cours d’eau vraiment vierges de tout prélèvement sont devenus très rares. Sans doute une dizaine sur l’ensemble de la vallée. Celle-ci qui est souvent considérée à tort ou à raison comme un château d’eau fait circuler la grande majorité des cours d’eau dans des tuyaux ou des canaux...