incinerateur_brevieresA la lecture des documents distribués lors de la CLIS de l’automne 2011 au sujet de l’incinérateur des Brévières et du compte rendu de cette réunion, il nous paraît clair que la surveillance de cet incinérateur doit être renforcée.
En effet, alors que les analyses des fumées semblent montrer un respect global des normes en dehors des phases d’allumage et d’extinction, le suivi environnemental met en évidence un dépassement des normes sur deux sites  tant en  dioxines et furanes qu’en divers métaux lourds ! Des initiatives semblent avoir été prises pour améliorer la filtration des fumées et pour limiter le nombre de phases de démarrage. De nouvelles analyses devaient être réalisées et nous attendons avec intérêt leur publication.
Cependant, la discordance entre les résultats des mesures en continu sur les fumées et les analyses effectuées sur des végétaux ou l’air à proximité du site posent la question de la fiabilité ou de la pertinence  du suivi en continu des émissions atmosphériques.
Aussi, nous nous permettons de poser différentes questions :
  • Combien de phases démarrage/arrêt a connu cet équipement industriel durant l’année 2010 ?
  • Quelle est la durée cumulée de ces phases par rapport à celles du fonctionnement « normal » ?
  • La pollution avérée de lichens ou d’herbes en deux endroits par des métaux dangereux et des dioxines ou furannes ne doit-elle  pas amener les services de l’Etat à revoir le protocole de surveillance ?
  • L’impact en terme de pollution des phases de démarrage et d’extinction n’a-t-il pas été largement sous estimé ?
  • L’arrêté qui impose différentes mesures de surveillance de cet incinérateur ne doit-il pas être revu ?
Si le prochain suivi environnemental confirmait  les pollutions déjà constatées, la fermeture de cette installation ne devrait-elle pas être envisagée?